Tutoriel d'installation d'Oracle et de SQL Developer sur Windows

Dans ce tutoriel, vous allez apprendre d'abord à installer, de façon basique, Oracle Database XE 11.2 et SQL Developer et ensuite, vous allez apprendre à les lier.

Commentez Donner une note à l'article (3.5)

Article lu   fois.

Les deux auteurs

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Installation d' « Oracle Database Express Edition »

Pour installer Oracle Database XE 11.2 vous devez être connecté en tant qu'administrateur sur votre ordinateur.

I-A. Étape 1 : télécharger « Oracle Database Express Edition 11g Release 2 »

Vous pouvez trouver le logiciel sur la page officielle d'Oracle : http://www.oracle.com/technetwork/database/database-technologies/express-edition/downloads/index.html.

I-B. Étape 2 : exécuter l'installation

Avant d'installer Oracle Database XE 11.2, assurez-vous d'avoir désinstallé toutes les autres bases de données Oracle de votre ordinateur.

Dé-zipper le fichier téléchargé, puis ouvrir le dossier. Double-cliquez sur setup.exe. L'écran d'installation apparaît (Figure 1).

Image non disponible
Figure 1 : écran d'installation

Cliquer sur le bouton Next.

I-C. Étape 3 : configurer votre installation

  • Acceptez les termes et les conditions d'utilisation et appuyez sur Next.
  • Choisissez le répertoire d'installation. Cliquez sur Browse pour changer le répertoire par défaut. Attention à ne pas sélectionner un répertoire comprenant des espaces. Cliquez sur Next.
Image non disponible
Figure 2 : localisation de l'installation
  • Choisissez le mot de passe utilisé pour le SYSTEM, et confirmez-le. Cliquez sur Next.
  • Dans la fenêtre de récapitulation, cliquez sur Install si vous êtes satisfait, ou sur Back pour revenir en arrière et changer certains éléments.

    Image non disponible
    Figure 3 : résumé installation
  • Cliquez sur Install pour terminer l'installation.

I-D. Étape 4 : commencer à utiliser « Oracle Database XE 11.2 »

Normalement, à la fin de l'installation, la base de données est opératrice et est démarré. Si ce n'est pas le cas :

  • allez dans le menu de démarrage - Tous les programmes - Oracle Database 11g Express Edition ;
  • cliquez sur Start Database.
Image non disponible
Figure 4 : menu Démarrer

Pour arrêter la base, il faut cliquer sur Stop Database.

I-E. Étape 5 : se connecter à la base de données

Dans le menu de démarrage - Tous les programmes - Oracle Database 11g Express Edition, cliquez sur Run SQL Command Line.

Dans la ligne de commande tapez :

  • connect ;
  • SYSTEM : pour vous connecter en utilisant le nom d'utilisateur (« user-name ») SYSTEM ;
  • le mot de passe que vous avez donné lors de l'installation.

Le message Connected apparaît.

Pour que votre base de données soit accessible par des clients à distance, tapez la commande : EXEC DBMS_XDB.SETLISTENETLOCALACCES (FALSE)..

Image non disponible
Figure 5 : connexion

I-F. Désinstallation

Pour désinstaller Oracle Database XE 11.2, vous pouvez directement utiliser le gestionnaire de programmes de Windows.

II. Installation de « SQL Developer »

SQL Developer permet de créer et d'exécuter des requêtes et des scripts SQL, de déboguer des exécutions de script, d'afficher des résultats et de gérer des bases de données.

Télécharger SQL Developer depuis le site d'oracle avec ce lien directement : http://www.oracle.com/technetwork/developer-tools/sql-developer/ ou depuis l'accueil du site d'Oracle.

Image non disponible
Figure 6 : Menu Download

De la même manière que pour l'installation d'Oracle Database, accepter la licence d'utilisation.

Pour fonctionner, SQL Developer utilise un JDK. Si vous n'avez pas déjà une version du JDK supérieure ou égale à la 1.6.11, ou si vous avez la version 1.7.n, téléchargez la version contenant le JDK.

Connectez-vous à votre compte Oracle, que vous avez créé lors du téléchargement d'Oracle Database.

Image non disponible
Figure 7 : téléchargement de SQL Developer

Dé-zipper l'archive dans le répertoire où vous souhaitez installer SQL Developer.

Vous pouvez maintenant lancer SQL Developer à partir du fichier sql developer installé sur votre ordinateur. Cliquez sur l'application :

Image non disponible
Figure 8 : dossier sql developer

Si vous n'avez pas téléchargé la version contenant le JDK, vous devrez indiquer son emplacement à l'exécution de l'application.

Image non disponible
Figure 9 : chargement de SQL Developer

À la première ouverture, il vous est demandé de choisir quels types de fichiers sont à associer avec SQL Developer. Par défaut, nous vous proposons de cocher les fichiers de types : .sql, .pls et .pks.

Image non disponible
Figure 10 : configuration de SQL Developer

III. Lier Oracle Database avec SQL Developper

III-A. Partie 1 : création d'un utilisateur

III-A-1. Étape 1 : se connecter à la base de données

Cliquez sur Run SQL Command Line.

Connectez-vous comme expliqué à la section I-5.

III-A-2. Étape 2 : définir un login

Afin d'éviter d'avoir trop de problèmes lors de l'ajout de nouveaux utilisateurs, il est fortement recommandé de mettre une stratégie de nommage en place. Par exemple, tous les noms d'utilisateurs devront être composés des six premières lettres de leur nom, d'un « _ » et de la première lettre de leur prénom. Par exemple : Albert Durand donnera comme login durand_a.

Il convient ensuite de connaître les limitations et règles de nommage à respecter :

  • taille maximale 30 caractères ;
  • le login ne devra contenir que des lettres, des chiffres et les symboles #, $, _ ;
  • le login devra commencer par une lettre. Si vous désirez utiliser des logins composés uniquement de chiffres vous devrez alors entourer votre login des ".

III-A-3. Étape 3 : créer cet utilisateur

Entrez la commande suivante afin de créer l'utilisateur :

 
Sélectionnez
create user <login> identified by <mot-de-passe>

III-A-4. Étape 4 : attribuer des droits à l'utilisateur

Quand vous créez un utilisateur sur une base de données Oracle, celui-ci ne dispose d'aucun droit, il faut donc lui en attribuer.

Les différents droits possibles sont :

  • Connect = autorise la connexion à une base Oracle. Parmi les privilèges associés à cette commande on trouve : CREATE TABLE, CREATE VIEW, CREATE SESSION… ;
  • Ressource = utilisation de trigger et de procédures ;
 
Sélectionnez
grant <droit1>,<droit2>to <login> ;
Image non disponible
Figure 11 : création d'un utilisateur

Dans cet exemple :

  • login = « root » ;
  • mot de passe = « root » ;
  • autorisations = connect et ressource.

III-B. Partie 2 : connexions manuelles

Lancez SQL Developer.

Faites un clic droit sur l'onglet « Connexion » puis cliquez sur Nouvelle connexion :

Image non disponible
Figure 12 : nouvelle connexion
Image non disponible
Figure 13 : configuration
Image non disponible
Figure 14 : configuration
  • nom de connexion = alias utilisé lors de la connexion ;
  • nom d'utilisateur = l'utilisateur doit avoir été préalablement créé ;
  • mot de passe = mot de passe de l'utilisateur (dans notre exemple = root) ;
  • vous pouvez cocher la case « Enregistrer le mot de passe », afin que votre mot de passe ne vous soit pas demandé à chaque connexion ;
  • pour le nom de domaine, mettez localhost. Le port par défaut est 1521. Le SID est le nom de la base de données. Par défaut, c'est xe (pour express edition).

Cliquez sur Tester puis sur Enregistrer.

Image non disponible
Figure 15 : connecté

Vous voyez maintenant apparaître dans l'onglet « Connexion », le nom que vous avez donné à la connexion. Vous pouvez maintenant commencer à travailler.

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2016 Ingrid Hurbain. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.